top of page
Home-banner2_edited.jpg

Les femmes et les filles d'Afghanistan méritent une éducation, elles ont droit à un avenir.


Ottawa, le 15 août 2022 : Aujourd'hui, cela fait un an que les talibans ont pris le pouvoir en Afghanistan, et les droits des femmes et des filles restent en péril sous ce régime.



Les expert.e.s de l'ONU ont tiré la sonnette d'alarme : « Nulle part ailleurs dans le monde on n'a assisté à une attaque aussi étendue, systématique et globale contre les droits des femmes et des filles ».[1]


Lorsque l'ancien gouvernement afghan est tombé, les Nations unies ont agi rapidement pour tenter d'éviter une crise humanitaire. En janvier 2022, l'ONU a conclu ses négociations avec les talibans et a lancé son plan stratégique de soutien aux Afghan.ne.s ayant besoin d'aide. Ce plan se compose de trois éléments :


1. Une aide vitale, y compris de la nourriture et des abris, ainsi qu'un soutien aux réfugié.e.s ;

2. Les services essentiels, y compris les infrastructures critiques, les emplois et le travail ;

3. La satisfaction des besoins humains fondamentaux, y compris la gestion des crises et la préservation des droits de l'homme.


L'engagement des Nations unies et l'accord conclu entre les talibans et les États-Unis d'Amérique avant le retrait des forces internationales reposent sur un engagement à préserver les droits des femmes et des filles.

En s'inspirant du texte du Cadre d'engagement transitoire de l'ONU pour l'Afghanistan,


Les Nations unies réaffirmeront (conformément à la résolution 2593 du Conseil de sécurité) l'importance du respect des droits de l'homme et de l'État de droit, y compris ceux des femmes, des enfants et des minorités...".


Aujourd'hui, la quasi-totalité des écoles secondaires pour filles en Afghanistan restent fermées.


Les droits des femmes et des filles à se déplacer librement sont fortement restreints.


La capacité des femmes à gagner leur vie et à construire l'avenir de leur choix s'érode chaque jour davantage.


Le coordinateur résident des Nations unies a promis : « Quelles que soient les incertitudes qui nous attendent, nous placerons les besoins des femmes et des filles au centre de nos efforts de redressement et nous travaillerons chaque jour pour faire en sorte qu'elles retournent au travail, qu'elles retournent à l'école et qu'elles puissent retrouver leur droit de vivre librement et dans l'égalité » [2].


En tant que représentante de l'Association canadienne pour les Nations Unies (ACNU), je m'engage à faire en sorte que le sort des femmes et des filles afghanes soit entendu partout au Canada.


Il y a un an, l'ACNU s'est montrée solidaire des victimes de la prise du pouvoir par les talibans, plus particulièrement des femmes et des filles. Aujourd'hui, nous réaffirmons notre solidarité et appelons nos membres et sympathisants à faire de même.


Les femmes et les filles d'Afghanistan méritent une éducation, elles ont droit à un avenir.

[1] https://www.ohchr.org/en/statements/2022/08/afghanistan-un-human-rights-experts-warn-bleak-future-without-massive-turnaround [2] https://news.un.org/en/story/2022/08/1124632

Comentarios


Postes en vedette
Aucun post publié dans cette langue actuellement
Dès que de nouveaux posts seront publiés, vous les verrez ici.
Messages récents
bottom of page